Le film Rafiki : moodboard pop et engagé

Le film Rafiki : moodboard pop et engagé

Le film Rafiki : moodboard pop et engagé 1280 512 Lauriane

Qui dit mercredi, dit nouvelles sorties au cinéma. Aujourd’hui, j’aimerais vous parler d’un film que j’ai eu la chance de voir en avant-première il y a déjà quelques mois : Rafiki.

L’accroche de l’affiche vous a peut-être déjà interpellée « Ovationné à Cannes, Interdit au Kenya ». Mais que se cache-t-il derrière cette contradiction ?

Une question de moeurs et de tradition…

Le film Rafiki

Ce film qui traite de l’amour entre deux femmes, bien que le titre « Rafiki » signifie «Ami» en swahili, va à l’encontre d’une politique rétrograde au Kenya.

La réalisatrice Wanuri Kahiu explique sur son site :

« Réaliser un film sur deux femmes amoureuses au Kenya revient à bousculer le cynisme profondément ancré dans la société concernant l’homosexualité à la fois auprès des acteurs, de l’équipe, de mes amis et de ma famille.

Ces cinq dernières années, alors que je travaillais sur le script et sur le projet, on a senti progresser un climat anti-LGBTQ+ en Afrique de l’Est.

En Ouganda voisin, le gouvernement mène une croisade pour faire passer une loi surnommée ‘Tuons les gays’, qui est un exemple extrême et terrifiant des combats auxquels la communauté doit faire face. »

 

En effet, depuis le colonialisme britannique et dû au poids de l’église, l’homosexualité reste illégale au Kenya.

C’est pourquoi ce film, adapté de la nouvelle Jambula tree de Monica Arac de Nyeko, qui raconte l’histoire de la rencontre de Kena (Samantha Mugatsia) et Ziki (Sheila Munyiva), deux lycéennes attirées l’une par l’autre malgré la rivalité politique entre leurs deux familles, a été interdit au Kenya.

Pourtant, bien plus qu’un remake de Roméo et Juliette, le film nous raconte surtout le chemin périlleux pour atteindre ses rêves et la difficulté à gagner son indépendance.

 

En réalité, la relation amoureuse dépeinte dans ce film est particulièrement pudique. Une douceur et un romantisme qui s’oppose d’autant plus à la brutalité du regard conservateur et homophobe d’une société moderne.

Car il ne s’agit pas d’une histoire de village africain stéréotypé. Rafiki nous présente un pays coloré, plein d’espoir, où l’on se déplace en skateboard et dans lequel on danse la nuit tombée sous les néons.

Le film Rafiki

Un parti pris atypique qui a valu au film pas moins de 8 nominations : « Grand Prix », « Prix de la Jeunesse » et « Prix du Public » au Festival du Film de Cabourg et « Un certain Regard – Prix spécial du Jury », « Un certain Regard – Prix de la mise en scène », « Prix Fipresci – Un Certain Regard », « Prix Un certain Regard », « Un Certain Regard – Prix du scénario » au Festival de Cannes 2018.

 

Cette œuvre cinématographique est de toutes les premières !

Le film Rafiki : moodboard pop et engagé

Samantha Mugatsia, Wanuri Kahiu, Sheila Munyiva

Premier film kenyan à Cannes, premier film kenyan à traiter de l’homosexualité avec tendresse et poésie et aujourd’hui premier film kenyan parti pour la course aux Oscars. Une sélection possible grâce à une décision de justice qui a autorisé des projections exceptionnelles durant sept jours dans son pays d’origine.

La plus belle des victoires pour la réalisatrice qui a fait ce film avant tout pour s’adresser aux kenyans justement.

Je pleure. Dans un aéroport français. Une joie IMMENSE. Notre constitution est FORTE! Dites merci à la liberté d’expression !!!! NOUS L’AVONS FAIT. Suivez @rafikimovie

 

Mais au-delà du propos, ce qui frappe dans ce film est le souci du traitement de l’image, de la couleur et l’atmosphère.

Une imagerie qui a de quoi chambouler les clichés que nous pouvons avoir sur le continent africain. Alors, pour vous partager un peu de cet univers sans aucun spoiler, et vous donner envie de courir au cinéma soutenir cette œuvre, voici un moodboard coloré, vivant, vibrant et inspirant.

 

Le film Rafiki moodboard pop et engagé

Tu as aimé ?
N’oublie pas d’enregistrer cet article sur Pinterest !

 

Personnellement, la démarche de la réalisatrice m’a beaucoup touchée. C’est un bon premier long métrage qui, ne serait-ce que pour son message, devrait être vu par le plus grand nombre. Alors, n’hésite pas et viens me donner ton avis !

Je vous aide a concrétiser vos projets, à communiquer et développer votre réseau. | Website

Chasseuse d'inspirations et de good vibes !
Je vous aide à concrétiser vos projets, à communiquer et développer votre réseau et votre entreprise.

6 commentaires
  • J’avais déjà adoré ton article précédent (Pourquoi nous ne sommes pas tous prêts à traverser la rue) et je répète la lecture avec grand plaisir. On va courir voir ce film dont on avait pas entendu parlé, par manque de temps et de consultation des médias, ou parce que nous ne vivons plus en France. Je te donnerais notre ressenti une fois vu. Merci pour la recommandation et au plaisir de te lire à nouveau.

  • Je vote POUR la multiplication des films traitant de ces sujets qui ne devraient pas en être d’ailleurs! Il a l’air vraiment super. Merci pour ce beau partage encore Lauriane!

  • Ton article est très agréable à lire, j’ai beaucoup apprécié parcourir tes descriptions, retours et impressions : c’est un réel plaisir de te lire ! Je n’avais jamais entendu parler de ce film, aussi je lis ton blogpost avec la plus grande attention, et au final en ressort un seul constat : je compte bien le voir ! Merci ! Bonne journée à toi, et à très bientôt 🙂

Vous avez aimé cet article ? Laissez un commentaire pour prolonger la discussion :)

Tu souhaites entrer dans le Club pour réaliser tes rêves ? Inscris-toi gratuitement

    Tu souhaites entrer dans le Club pour réaliser tes rêves ? Inscris-toi gratuitement

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de 🍪 pour réaliser des statistiques de visites.
    En savoir plus
    %d blogueurs aiment cette page :
    Lire les articles précédents :
    Pourquoi nous ne sommes pas tous prêts à traverser la rue ?

    Je relis mon titre et je me dis que j’aurais l’air bien moins maligne lorsque vous lirez ces lignes quelques...

    Fermer