Abonnez vous au blogzine

Slasheur : bien plus qu’une question de génération

Slasheur : bien plus qu’une question de génération

Vous avez sûrement déjà entendu le mot « slasheur », mais que veut-il dire exactement ?

Pour vous, j’ai mené mon enquête. Bien plus qu’un terme à la mode, il définit un état d’esprit et une façon de vivre et de travailler qui en dit long sur notre société.

Si vous êtes obligé(e) de prendre une grande respiration avant de répondre à la question : qu’est-ce que tu fais dans la vie ? Cet article est fait pour vous !

 

Cela fait déjà quelque temps, voire quelques années, que cet adjectif m’a interpelé. Beaucoup de personnalités que j’admire se sont mises à mettre, petit à petit, dans leur biographie « slasheur » ou « slasheuse ». A première vue, ce terme semble tout droit sorti d’une sitcom américaine.

Mais à y regarder de plus près sa définition est évidente. Ne vous a-t-on jamais répondu : je fais cela, slash (/) ceci, slash (/) cela. La voici notre définition. Les slasheurs cumulent plusieurs activités. Ce terme qui vient d’Angleterre, a été employé la première fois en 2007 dans le livre One person / Multiple careers de Marci Albolher.

Ces travailleurs multitâches sont souvent des passionnés qui ont fait évoluer leur trajectoire professionnelle.

Toutefois, ne vous fiez pas aux apparences. Il n’y a pas de profil type. Vous pouvez être indépendant, salarié, étudiant, passionné, professionnel…

On m’a souvent définie comme slasheuse, et j’aime bien cette idée je dois l’avouer, alors que sur le papier et financièrement je ne suis que salariée en CDI. Mais cela fait bien longtemps que j’ai arrêté de compter le nombre d’heures passées pour ce blog et nos rencontres.

 


Slasheur par raison


J’aurais pu débuter par vous expliquer à quel point cette nouvelle façon de concevoir la vie professionnelle souffle un grand vent de liberté. Mais pour parler des avantages et de l’épanouissement de beaucoup de slasheurs il faut aussi en connaître les causes. Même les moins réjouissantes à première vue.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il ne s’agit pas que d’une problématique de la génération Y.

Suite aux tourmentes économiques qu’a connues notre pays, beaucoup de personnes ont perdu leur emploi. Des seniors qui n’ont pas tous retrouvé un poste similaire et parfois n’ont pas eu envie, après un licenciement économique, de retourner dans un schéma professionnel prédéfini.

 

Ces dernières années, les médias, et les réseaux sociaux notamment, nous ont démontré que nous pouvons faire de notre passion notre métier.

Jamais nous n’avons eu en France autant d’entrepreneurs prêts à réaliser leurs rêves. Pourtant, les coulisses ne sont pas toujours aussi roses que le produit d’appel. Rares sont les porteurs de projets qui arrivent à se payer convenablement après une première année d’activité à leur compte.

Il a donc fallu trouver des systèmes D. Et le moins que l’on puisse dire c’est que la multiplication des services à la personne et l’ « ubérisation » de la société ouvrent quelques portes d’entrée. Pour beaucoup de personnes le cumul d’activité vient donc d’une envie, qui se transforme petit à petit en nécessité.

 


Lorsque le non-choix devient un choix


Les limites et les causes étant posées, nous pouvons parler de la majorité des slasheurs : les trentenaires.

Aujourd’hui rares sont les personnes qui ont et auront un parcours professionnel linéaire. Beaucoup de trentenaires ont déjà exercé plus de métiers que leurs parents !

En quête d’un CDI, ils cumulent les contrats et les différents types de statuts. Pour ne pas abandonner leurs rêves ils ont créé un nouveau modèle. Leur faculté ?  Jongler entre plusieurs emplois et ne pas compter leurs heures, car ils entreprennent avant tout par passion.

 

Nous faisons de plus en plus attention aux conditions de travail.

Nous mettons des mots sur les maux comme le « burn-out », alors la passion a pris du galon. L’idée n’est plus forcément de trouver un équilibre entre sa vie personnelle et professionnelle, mais d’être épanouie et accomplie dans ce que l’on fait.

Bien que l’on puisse être slasheur pour de multiples raisons, nous pouvons tout de même définir un profil type ou du moins des facultés dominantes.

Les slasheurs sont souvent des touche-à-tout qui s’épanouissent dans le fait d’entreprendre de nouvelles choses.  Les mettre dans des cases est un non-sens. Le métro – slash – boulot – slash – dodo les rendent réellement malheureux et ils ont tendance à s’ennuyer rapidement.

Parmi tous ces métiers qu’ils cumulent il y a souvent une activité créative qui les anime. Beaucoup de slasheurs sont autodidactes, car ils n’ont pas peur de se former. Le slasheur est aussi un « serial learner ».

 

Vous connaissez les hyper-actifs et bien les slasheurs sont des multi-actifs.

En réalité, exercer plusieurs activités n’est pas une nouveauté. Cependant, aujourd’hui plus qu’une nécessité c’est devenu également un mode de vie. Cumuler plusieurs activités revient aussi à définir un nouveau rythme de vie, en dehors des diktats de la société. Il n’y a plus d’horaires fixes et imposés, de jours travaillés ou chômés. Les slasheurs créent leurs propres règles du jeu.

Ils ont une capacité d’adaptation élevée pour jongler entre les horaires, les domaines d’activité, les environnements et s’en servent pour professionnaliser leur expertise ou leur passion.

 


Des couteaux suisses pour l’avenir


C’est également la transformation de notre société qui a permis l’émergence des slasheurs. Par exemple, la micro entreprise et la démocratisation du portage salarial ont favorisé la possibilité de cumuler plusieurs emplois.

Toutefois, il est parfois compliqué d’assumer ce statut qui a souvent été perçu comme précaire ou synonyme d’instabilité.

 

Lorsque l’on discute avec des slasheurs la-dite « première activité » est souvent celle de raison. La passion est indiquée en deuxième activité, souvent parce qu’elle est la moins rémunératrice, alors même que le temps passé est équivalent à la première, voire supérieure.

Dans notre société où le taux de chômage est trop conséquent, une telle tendance et dynamique peut surprendre.

 

Mais en réalité les métiers supplémentaires sont parfois des tremplins pour l’avenir.

22% des moins de 30 ans sont aujourd’hui slasheurs en France. En multipliant les différentes expériences, ils constituent des curriculums vitae conséquents pour entrer sur le marché de l’emploi.

Pour les plus de trente ans, cette démarche peut-être une façon de préparer l’avenir. Devenir un slasheur est aussi une façon de faire une transition entre un travail rêvé et le besoin d’avoir un travail alimentaire.

Dans trois cas sur quatre l’argent est la principale motivation, mais ce n’est jamais sans prendre en compte la passion.

Les slasheurs ont surement un temps d’avance. A y réfléchir il y a tout de même beaucoup de chances pour que les entreprises embauchent à l’avenir bien plus de personnes pour des missions ponctuelles, à contrario des contrats à durée déterminée ou indéterminée.

Slasheur - Makeitnow.fr
Vous aimez cet article, épinglez-le dans Pinterest pour le lire plus tard ! MAKE IT NOW

D’ailleurs, le nombre de slasheurs ne cesse d’augmenter. Une étude des salons des micro-entreprises en 2016 comptabilise en France 4.5 millions de slasheurs, soit près de 16% de la population active.

 

Et toi te reconnais-tu dans la définition de slasheur ?

Related Stories

38 Comments

  • Sophie Metanoiada
    6 jours ago

    Je ne connaissais pas non plus ce terme 🙂 Alors que j’en suis moi-même une ! Et j’adore savoir que devenir slasher est un choix à 70%. Même si ça reste regrettable qu’il en reste 30% qui ne l’aient pas décidé. Merci pour cet article super intéressant !

    • 6 jours ago

      Merci pour ton joli commentaire Sophie. Je suis ravie de t’avoir permis de mettre un mot sur ton super Power 😉

  • Je ne connaissais pas du tout le therme. Bien joué… cela marche aussi pour une maman??

    • 2 jours ago

      Je crois même qu’une maman est d’office une slasheuse non ? 😉

  • 2 jours ago

    Je suis donc une slasheuse. 🙂 Je ne connaissais pas le terme alors merci pour la découverte.

  • 2 jours ago

    Ton article etait très intéressant. Je suis donc une slasheuse haha.
    En tout cas merci pour cet article très complet sur le sujet !
    Bisous ma belle

    • 2 jours ago

      Merci beaucoup Claire pour ton commentaire. J’adore partager des infos avec vous 🙂

  • 2 jours ago

    Je crois bien que je me reconnais à 100% dans cet article ! J’ai découvert ce terme il y a peu sans trop me pencher dessus, et c’est vrai que mon problème n°1 lorsque je rencontre une personne pour la première fois, c’est que je n’ai aucune idée de quoi répondre lorsqu’on me pose la question “tu fais quoi dans la vie?”. Du coup, je me contente souvent de résumer les études que j’ai faite pour simplifier les choses, mais ce n’est pas tout à fait exact haha
    En tout cas merci pour la découverte !
    Bisous

    • 2 jours ago

      Maintenant tu pourras répondre en bombant le torse “je suis une slasheuse” ! 🙂
      Plus sérieusement je suis ravie que tu te sois reconnue dans ses lignes, car on pense souvent être seule ce qui nous empêche d’avancer…

  • 2 jours ago

    C’est moi alors !! J’adore ton article, bis

    • 2 jours ago

      Une ligne en plus à mettre sur le CV 😉

  • streetandtravel01
    2 jours ago

    Merci pour cet article très bien fait, je le trouve très juste.

  • 2 jours ago

    Ah cet article est génial ! Je n’étais pas au courant des stats et j’en suis vraiment surprise et ravie! Je pense aussi que nous vivons une grosse période de transition entre métier choisi et parfois alimentaire et métier rêvé. Les conditions de travail aux US et au UK sont plus souples qu’en France et permettent de se lancer plus facilement j’ai l’impression. Quand je vois qu’en France il faut parfois enchaîner plusieurs mois voire années de stage payés 500€ par mois pour espérer avoir un cdd au bout du compte, si on est multi-actif, ça n’encourage pas du tout à persévérer dans cette voie là mais à explorer le statut de free-lance par exemple. Je trouve encore honteux que nos multitalents soient si peu reconnus financièrement….

    • 2 jours ago

      Je suis tout à fait d’accord avec toi concernant la reconnaissance financière. D’ailleurs il est intéressant de voir qu’aux Etat-Unis sur leur CV ils indiquent aussi les expériences ratées – comme le fait de monter une entreprise et que cela n’est pas marché – car c’est le reflet de l’ambition et de la détermination. Mais il ne faut pas négliger qu’aux US beaucoup cumulent les emplois par besoins et non choix, car il y a bien moins de structures et d’aides qu’en France pour les personnes sans emplois. Quoi qu’il en soit je prends les paris que nos modèles vont bientôt changer et c’est tant mieux pour les multitalents que nous sommes 😉

  • sandraapariciocarnets
    2 jours ago

    J’adore ce genre d’articles très bien documenté. Oui, je pense que ce phénomène s’est accéléré avec l’auto entrepreneur et les réseaux sociaux néanmoins !!

    • 2 jours ago

      Tu as totalement raison. Ce sont de vrais leviers !

  • 2 jours ago

    Oui, je me reconnais dans cet article… il est vrai qu’à la base je suis créative et curieuse, donc j’aime apprendre constamment de nouvelles choses et me renouveler ! Mais si je suis “slasheuse” c’est pour le coup pour d’autres raisons, des problèmes qui sont apparus et qui m’ont fait changer de route plusieurs fois 🙂 Cet article me rassure un peu, je me sens moins “bizarre” ^^

    • 2 jours ago

      Ton article me fait chaud au cœur ! Vous démontrer que nous sommes pas seul(e)s est primordial pour moi 🙂

    • 2 jours ago

      Ton commentaire me fait chaud au cœur ! Vous démontrer que nous sommes pas seul(e)s est primordial pour moi 🙂

  • Cindy - Les Voyages de Cindy
    2 jours ago

    Je ne connaissais pas ce terme. Je ne sais pas si je peux me considérer comme une slasheuse en alternant mon job en tant que salariée et mon blog, Puisque mon blog n’est qu’une passion… En tout cas, merci pour la découverte!

    • 2 jours ago

      Merci pour ton commentaire Cindy. Je suis ravie de t’avoir fait découvrir ce terme.

  • 2 jours ago

    Hello 🙂
    Merci pour la découverte car je ne connaissais pas du tout ce terme
    Et oui je fais partie des 70% mais j’aurai tendance à nuancer cette affirmation parce que d’abord la vie d’étudiante étant ce qu’elle est ayant des parents au revenu modeste j’estime que je n’ai pas trop eu le choix (jongler entre étudiante/vendeuse/serveuse était une nécessité) ensuite je fais partie de ces personnes qui n’ont pas encore totalement trouvé leur voix donc slasher me permet de me trouver.

    • 1 jour ago

      Comme tu le dis être slasheuse n’est pas toujours un choix, mais ça peut être un beau levier pour trouver sa voix. Tu affineras surement tes envies et tes points forts en multipliant les expériences 🙂

  • 1 jour ago

    C’est en lisant ton article, que je comprends ce qu’est un slasheur. Selon mon ancien chef, de nos jours on passe par pas moins de 30 métiers dans la vie. Merci pour la découverte :)!
    Je pense que ce nouveau mouvement s’est accéléré avec les réseaux sociaux mais c’est dommage que les personnes aux multiples-talents ne soient pas plus reconnus!

    • 1 jour ago

      Tu as raison Larixssa, mais je pense que les choses vont (devoir) changer. Et ton ancien chef a tellement raison !

  • Je ne connaissais pas non plus ce terme. Ton article est vraiment intéressant. Merci pour ton partage 🙂

    • 1 jour ago

      Merci beaucoup 🙂 Je suis ravie que ça t’ait plu !

  • Article super complet; j’ai adoré. Bizarrement je ne savais pas ce que cela signifiait et pourtant je vis aux US.

    • 1 jour ago

      Merci Sarah pour ton retour. Comme quoi on idéalise souvent ce qui se passe dans l’american dream 😉

  • 1 jour ago

    Merci pour ce super article, très bien fait et très clair! Merci de m’avoir appris quelque chose aussi héhé car je ne connaissais pas ce terme, et pourtant, je pense que je vais commencer à l’utiliser!

    Vic

    • 1 jour ago

      Je suis ravie que tu ais apprécié Vic 🙂 A bientôt

  • 1 jour ago

    Coucou 🙂
    C’est un phénomène de société plutôt intéressant, à l’image de notre génération multiculturelle, multi-horizons… J’aime beaucoup l’idée du couteau suisse, et le fait de ne pas être cloisonné dans une seule fonction 🙂

    • 1 jour ago

      Tu as très joliment résumé ce terme 🙂

  • Je ne connaissais pas du tout le terme, mais je m’y reconnais pourtant pas mal ^^
    j’ai appris beaucoup grâce à ton article
    et je ne pensais pas qu’autant de monde était concerné

  • 15 heures ago

    article très bien construit.

  • 15 heures ago

    Je n’ai jamais entendu ce mot, mais c’est pas mal lol. Je suis un peu comme ça aussi, je touche un peu à tout selon mes envies (d’autant plus que je suis freelance du coup ça n’aide pas je trouve lol). Bon, je pense que je n’emploierais jamais ce terme car sincèrement, autour de moi personne ne comprendrait et je perdrais plus de temps à expliquer le terme que dire ce que je fais dans la vie mdr Mais le terme reste intéressant 🙂

Leave a Comment

Vous avez aimé cet article ? Votre avis est le bienvenu :)

Lire les articles précédents :
Make it now Party
Venez fêter la fin de l’année lors d’une journée 100% inspiration : Atelier, Brunch et Conférences

Vous êtes cordialement invité à la MAKE IT NOW PARTY !

Fermer