Elles aussi !

Elles aussi ! 3648 5472 Lauriane

Ces dernières heures je ne me suis pas beaucoup rendue sur les réseaux sociaux. Plus de 24h sans avoir idée de ce qui se passe sur Twitter.

Ce matin, sur Facebook, le premier post que j’ai vu est « #MeToo » posté par ma petite sœur. Il ne m’a fallu que quelques secondes, le temps de faire défiler mon fil d’actualité, pour voir apparaître une multitude de messages similaires.

 

J’ai donc envoyé à ma sœur un message lui demandant la signification de ce statut qui me semblait alarmant.

Sa réponse fut brève et sans appel « Celles qui ont déjà subi des agressions sexuelles ou harcèlements sexuels. ».

J’ai été désabusée de ne pas être choquée. Je n’ai pas été chamboulée par cette annonce. Toi ma petite sœur. Parce que je suis au courant. Non pas car le jour où cela est arrivé notre vie a basculé. « Simplement » parce que c’est quotidien. Parce que nous en parlons souvent. Mais que je n’ai pas encore trouvé les armes à lui donner pour y échapper.

Ce matin je suis donc partie au travail convaincue que le combat allait enfin être menée. Qu’une affaire médiatique et politique pourrait peut-être lever le voile sur un réel problème de société. En plus du « #MeToo » sur tous les réseaux sociaux, sur Twitter depuis 48 heures « #balancestonporc » est en tendance.

Les minutes d’après…

Alors que je salue l’initiative à 2000 % me voilà incapable de poster un #MeToo sur mon mur. Non pas que je n’ai rien vécue. J’aurais bien voulu faire partie de cette minorité. Moi aussi j’ai envie de raconter cette histoire qui est passée inaperçue le jour J, mais qui pourrait résonner aujourd’hui grâce au hashtag #balancestonporc.

Mais un certain malaise me freine.

Est-ce que je fais partie de cette majorité silencieuse. Celle qui inconsciemment se soumets aux codes. Une femme inférieure à l’homme souvent objet, qui ne doit pas attiser le désir, ni même un regard, sous peine d’être une s.. !!!. Ai-je peur de dire que cela m’est arrivé et que donc je l’ai peut-être un peu cherché ?

A cet instant, je me fais peur…

 

Suis-je prête à continuer à me taire pour éviter des potentielles réponses haineuses ? Oui j’ai lu ce matin des réponses atroces aux jeunes filles ayant eu le courage de poster leur histoire. Des hommes jugeant que la fille n’était pas assez jolie à leurs yeux et se « faisait donc des films ». Pourtant, il n’est plus à démontrer qu’il n’est jamais vraiment question de beauté, ni même d’attitude ou de tenue (je vous invite à regarder cette série photographique si vous avez encore un doute).

Alors pourquoi ce malaise face aux hashtags populaires et solidaires #MeToo et #balancestonporc ?

 

Avec un peu de recul, j’ai compris.

Le « #MeToo » révèle avec pudeur que cela nous est aussi arrivé. C’est un peu comme faire l’appel en début de cours. Nous levons la main pour signifier que nous sommes là. « Moi aussi ». Voilà ce que l’on scande.

Nous avons été dans la peau de ces stars de cinéma, de ces victimes qui vont jusqu’au tribunal, de celles à qui on annonce dans un poste de police qu’il y a prescription… Nous aussi nous avons subi. Nous sommes victimes.

Voyant les hashtags se multiplier, le monde se rend compte que c’est bien la majorité qui se tait. Que ces scènes d’agressions sont quotidiennes. Cela devient instantanément commun et, là tout à coup, la vapeur s’inverse. Certaines personnes malveillantes demandent de quoi se plaignent les victimes médiatisées puisque toutes les filles subissent cela ?

Certaines filles qui ne publient pas #MeToo instantanément, mais hésitent à le faire tout de même par solidarité …

La voilà la cause de ce sentiment étrange qui me ronge.

« Me too » est une façon de souligner son statut de victime, de rompre avec le silence, mais aujourd’hui j’ai envie de clamer haut et fort « Her too ».

« Elle aussi » parce qu’il y a moi et toutes les autres. Parce que je ne suis pas seule. Parce que quand vous rencontrez une victime et que vous vous dites « la pauvre » vous devriez vous dire « les pauvres ».

 

Aujourd’hui il n’est plus question de rassurer les filles en leur disant vous n’êtes pas les seules. Aujourd’hui il est question d’éduquer les hommes.

De leur ouvrir les yeux, à eux qui subissent rarement et ne se considèrent jamais comme des bourreaux. Aujourd’hui à l’ensemble des hommes je n’ai pas envie de leur dire « moi aussi » mais j’aimerais leur dire « ta mère aussi », « ta sœur aussi », « ta femme aussi », « ta nièce aussi ». Parce que les plus de 32 millions d’hommes – face à plus de 34 millions de femmes ne l’oublions pas – ne me connaissent pas, mais ils ont tous une femme à laquelle ils tiennent qui est elle aussi victime.

 

#balancestonporc me pose la même problématique. L’agresseur n’est pas toujours celui que l’on voit arriver à des kilomètres. Non ! En tant que filles, nous n’aurions pas dû nous méfier… L’agresseur n’est pas toujours « le porc » que l’on image au regard libidineux. Il est parfois en costard, il est parfois en jogging, c’est un proche, il a de l’argent, ou du pouvoir simplement parce qu’il est un homme.

Cet hashtag, bien qu’important pour abattre le mur du silence, doit aussi révéler tous les visages. Ceux que l’on croise au quotidien qui nous dévisagent, qui rayonnent suite à des réflexions grivoises à répétition, qui s’animent lorsqu’ils ont eu ce qu’ils voulaient. Alors j’espère que chacune d’entre nous n’arrêtera jamais de balancer son patron, son prof, son voisin, son conjoint…

Ne banalisons jamais l’inacceptable ! #MeToo #HerToo #balancescethomme

Je vous aide a concrétiser vos projets, à communiquer et développer votre réseau. | Website

Chasseuse d'inspirations et de good vibes !
Je vous aide à concrétiser vos projets, à communiquer et développer votre réseau et votre entreprise.

25 commentaires
  • Floriane – 1 billet pour 18 octobre 2017 à 12 h 25 min

    C’est clair que l’on ne devrait jamais se taire face à ses hommes qui prennent ce silence comme un accord de notre part. J’espère que tu trouveras le courage d’en parler et que les femmes à travers cet action #balancetonporc trouveront du réconfort si on peut dire ça afin de ne plus se taire et de faire avancer les choses.

  • Merci pour cet article, c’est très touchant ce que tu dis et en même temps c’est effrayant de voir ce constat. Pour ma part, je n’ai pas eu le courage de raconter les histoires et de balancer mon harceleur (ou plutot mes harceleurs) tout simplement car cela ravive beaucoup trop de choses, c’est parfois dur de s’avouer victime, et comme tu dis, je n’ai pas envie qu’on vienne en rajouter avec des commentaires haineux.
    Néanmoins, je trouve que le #MeToo est une super initiative, en plus du #balancestonporc, car sans forcément raconter nos histoires, cela permet de dire “moi aussi je suis là, moi aussi je dénonce, moi aussi je l’ai vécu, et moi aussi je partage le même combat”. En tout cas, j’espère bien que tout ce bruit va faire bouger les choses dans le bon sens et que les hommes vont ouvrir les yeux et remettre en cause leurs comportements, car pour la majorité d’entre eux, ils ont déjà été coupables ou complices et aucun changement ne se fera sans eux.
    Merci encore pour cet article !

    • Merci beaucoup pour ton commentaire très touchant. 💛
      Je suis tout a fait d’accord donnons une voix aux femmes et surtout faisons en sorte que les hommes puissent se sentir vraiment concernés. Les actes, comme la complicité, ne devraient plus être tolérés et j’espère que ça sera une évidence pour la nouvelle génération. Il faut aussi être vigilent sur l’éducation des petits garçons qui seront les hommes de demain…

  • Mereveilleuse-gaelle 18 octobre 2017 à 14 h 15 min

    Merci pour cet article, qui m’a fait comprendre mon malaise quand j’ai hésité moi aussi à écrire #moiaussi. Je ne l’ai toujours pas fait. Mais au moins vous avez mis des mots sur mon malaise. Bon courage à vous et à toutes les femmes.

  • Waw quel article vrai et pertinent ! Ce fut un plaisir de le découvrir. Je suis en accord avec toi sur tout les points. Ce constat est horrible et révèle que dans toutes les sociétés les femmes reste victimes et soumises dans le fond. Peut importe leur popularité d’ou elle viennent. C’est triste..
    Le changement se fera avec les hommes qui marcherons à nos côtés ! Pas juste avec les femmes

  • bienamicalementvotre 20 octobre 2017 à 22 h 58 min

    tu as mis le doigt en plein dedans : Pudeur

  • Encore un très bel article… tu as mis des mots sur mon ressenti. En tout cas, les choses changent, évoluent et je le salue!

  • J’aime bien la façon dont sont agencés tes commentaires sur ton blog. J’ai observé en silence ces hashtag, l’esprit préoccupé par les morts liés au terrorisme, la violence qui devient la norme dans ce monde. Je trouve que le Me too est plus pudique, on est plus dans le soutien moins dans le voyeurisme Tu as bien raison , il faut aussi éduquer les hommes, nos frères, nos amis

    • Merci Grace pour ton commentaire. 🙂 En effet j’aime que les commentaires soient mis en valeur car c’est très enrichissant de poursuivre l’article avec vos réflexions.
      Hélas nous devons nous préoccuper au quotidien comme tu le dis de beaucoup de choses qui ne tournent pas toujours rond, mais c’est en continuant de nous interroger et essayer de faire mieux que nous pourronsnpeit être changer le monde.

    • Merci Grace pour ton commentaire. 🙂 En effet j’aime que les commentaires soient mis en valeur car c’est très enrichissant de poursuivre l’article avec vos réflexions.
      Hélas nous devons nous préoccuper au quotidien comme tu le dis de beaucoup de choses qui ne tournent pas toujours rond, mais c’est en continuant de nous interroger et essayer de faire mieux que nous pourrons peut-être changer les choses.

  • Je pense aussi que il faut éduquer les garçons et les filles au respect mutuel , et ne jamais banaliser les actes irrespectueux quels qu’ils soient et jamais avoir honte de parler des mauvais moment aux autres ! belle journée

  • Lucy – GravityLadies 21 octobre 2017 à 10 h 21 min

    Oui tu as tout dit. Et l’éducation commence dès maintenant : avis aux parents de garçons ados, servez vous de cette vague de #Metoo pour ouvrir le dialogue, si ce n’est pas déjà fait.
    Que demain soit différent, que nos filles ne collent plus des #metoo sur leur mur dans 20,30 ans !

  • Et malheureusement, je pense qu’on a toutes déjà été concernées par #MeToo ou #BalancesTonPorc…

  • Ces affaires me font cogiter à méga balle depuis plusieurs jours et je me dis que l’éducation des hommes passera par notre éducation à nous avant, et je me colle dedans hein… Je m’estimais chanceuse de ne pas avoir eu à mettre mon meeto et puis en fait j’ai réalisé que j’avais juste banalisé les mots et les actes, c’était comme si “c’est comme ça” alors qu’en fait c’est la foire au connard… Mais je ne l’ai toujours pas mis non plus, va comprendre…

    • Comme je te comprends Nadia ! Moi même je continue de m’interrogre. Et vos commentaires nourrissent ma réflexion d’ailleur. Je crois que l’on peut aussi avoir du mal à poster #metoo par peur de banaliser cet hashtag tout comme nous avons par le passé banalisé certains comportements …

  • Merci pour ta belle réflexion sur le sujet Lauriane! Je ne pense pas qu’une seule femme ait échappé à ce type de comportement malheureusement… Je ne comprends même pas que les hommes ne soient pas choqués par leurs actes ou leurs mots… Alors que s’ils apprenaient que c’est arrivé à une femme de leur entourage, ou si ça leur arrivait, que nous les femmes avions ce comportement envers eux, ils seraient interloqués!

  • Merci sincèrement pour ton article, tu as tout dit. J’avais très envie de faire un article à ce sujet également mais j’avais peur de céder trop vite à la colère alors je me suis abstenue. Je suis tellement révolte de constater qu’au XXIème siècle, rien n’est fait pour que les femmes se sentent enfin en sécurité, qu’elles n’aient plus à subir ce genre de choses, qu’elles ne sont toujours pas prises au sérieux lorsqu’elles en parlent et/ou qu’elles portent plainte, ou encore, que l’on ne fait rien pour éduquer les hommes. J’ai l’impression de vivre dans un monde d’hommes où ils peuvent disposer comme ils le souhaitent des femmes sans craindre de représailles. J’ai été tellement énervée de voir que suite aux hashtags dont tu parles, certains hommes en profitaient encore pour rajouter leur grain de sel, se victimiser ou se jeter des fleurs : “et si on parlait de tous les hommes vraiment bien aussi ?” “non mais ça n’arrive pas qu’aux femmes hein”. Le summum a été, je crois, des commentaires du genre (concernant l’affaire Weinstein) “Non mais, elles savaient très bien ce qu’il allait se passer en allant dans sa chambre d’hôtel, elles voulaient juste un grand rôle au cinéma et maintenant elles viennent se plaindre et se placer en victime”. Je ne sais pas si, après tout ce qui s’est dit ces dernières semaines, les choses vont évoluer, les mentalités changer, mais je l’espère sincèrement car il y a vraiment un gros problème, et tout le monde n’en a apparemment pas conscience.

    • Merci Clémence pour ce commentaire. je partage entièrement ta pensée et je continue de croiser les doigts et faire en sorte de libérer la parole pour que tout cela change (enfin).

  • Je comprends tout as fait ton ressenti.. Malheureusement je crois que toutes les femmes comprennent. Oui toutes les femmes se sont au moins une fois faite accosté dans la rue par des gros lourds. Certaines ce sont même fait toucher ou pire. Nous vivons dans un monde atroce avec des hommes qui fonctionnent avec leurs cerveau d’entre les cuisses.. Et ça fais peur !
    Des bisous

    • Il a aussi des hommes bien et heureusement 😉 Mais en effet nous ne pouvons plus laisser passer les comportements inadmissibles de certains.

Vous avez aimé cet article ? Laissez un commentaire pour prolonger la discussion :)

Tu souhaites entrer dans le Club pour réaliser tes rêves ? Inscris-toi gratuitement

    Tu souhaites entrer dans le Club pour réaliser tes rêves ? Inscris-toi gratuitement

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de 🍪 pour réaliser des statistiques de visites.
    En savoir plus
    Lire les articles précédents :
    Foire de Paris Hors-Série Maison - Makeitnow.fr
    Shopping et DIY à la Foire de Paris Hors série Maison

    Si je vous dis « Foire de Paris ». Je suppose que vous allez tout de suite penser au concours Lepine et...

    Fermer