Pour découvrir les photographes de demain, direction le festival Circulation(s)

Pour découvrir les photographes de demain, direction le festival Circulation(s)

Jusqu’au 5 mars 2017, l’association Fetart présente la septième édition de Circulation(s), festival de la jeune photographie européenne au CENTQUATRE-PARIS, présidé par Hercules Papaioannou.

La septième édition, ça ne me rajeunit pas. J’ai en effet eu la chance de participer à la toute première édition de ce festival, qui révèle chaque année des pépites. Non, je n’étais pas exposée – je n’ai pas ce talent – mais en coulisse et à l’accueil des visiteurs. A l’époque j’étais stagiaire. Un stage rêvée pour une étudiante en art plastique dont la spécialité était la photographie. Aux côtés d’une équipe de passionnés bénévoles, j’ai appris quelques ficelles du métier et aiguisé mon regard, avant de faire mes preuves dans des galeries d’art parisiennes. 

Une belle expérience, durant laquelle j’ai eu de véritables coups de cœur pour le travail de Mia Flore et Thomas Jorion, notamment, dont le talent n’est plus à démontrer. 

 

 

Mais ne parlons plus du passé, revenons à la belle sélection de cette année. Une fois de plus la qualité est au rendez-vous. Direction le CENTQUATRE-PARIS pour découvrir les 50 jeunes photographes européens exposés :

16299624_1326423040734036_8070449552350133003_o

© Claire Pathé

circulations-lelabonet-3
 

L’EXPOSITION

Si la sélection est toujours hétérogène pour coller à cette volonté de nous faire découvrir différents talents des quatre coins de l’Europe, cette année elle est particulièrement dans l’air du temps. La singularité et l’engagement semblent avoir primé dans le choix des talents.

Pourtant si l’on peut dissocier chaque personnalité, la force de ce festival est de nous inviter à voyager dans un ensemble cohérent de photographies. Marion Hislen, Présidente et fondatrice de Fetart ainsi que Directrice du festival Circulation(s) et du comité artistique, m’explique « C’est le collectif qui compte. On va privilégier une représentation de tous les styles. Il y a aussi l’idée que les œuvres vivent les unes avec les autres ». Une démarche qui permet à tout le comité artistique de faire un choix parmi les mille dossiers reçus lors de l’appel à candidature en juillet dernier.

Sans oublier que la scénographie permet d’équilibrer les forces, l’esthétisme et les thématiques des œuvres présentées, réparties sur cinq ateliers du CENTQUATRE-PARIS et la grande halle.

circulations-lelabonet-2
Dans le hall on peut voir Little Circulation(s), l’exposition à hauteur d’enfants

 

Chaque photographie raconte une histoire tant personnel qu’universel. La sélection coup de cœur de Marion le démontre d’ailleurs parfaitement. Lorsque je lui demande quels sont les artistes phares de cette édition elle hésite peu :

Marie RIME

« Elle travaille sur la posture et le costume. Son travail pose la question de comment l’habit fait le moine. J’aime beaucoup sa problématique »

 

Stéphane WINTER

« Il travaille sur la représentation de sa vie de famille de petit garçon adopté. Un travail particulièrement touchant »

 

Aida SILVESTRI et Sonja HAMAD

« Ces deux travaux sur le chemin et la vie des réfugiés sont très forts, car ils traitent de cette problématique sans entrer dans le photojournalisme ».

 

Comme Marion, on est bouleversé par la force documentaire des photographies d’Aida Silvesti qui nous présente les réfugiés érythréens, et le travail de Sonja Hamad qui nous plonge dans le quotidien des combattants kurdes.

 

LA SOIRÉE ANTI SAINT-VALENTIN

En tant qu’amoureuse de la photographie, je ne peux trouver un meilleur lieu que le Festival Circulation(s) pour passer la soirée du 14 février.

 

bandeau_slideshow_site_saint-valentin

Que vous soyez en couple, ou non, vous allez être séduit par ce programme anti-clichés, organisé en partenariat avec ARTE Actions Culturelles.

Au programme : Hommage à Araki et à l’art du shibari, cartomancienne, start up musicale, création photographique live par Unknow Project, Food corner et cocktail.

Mais aussi, comme tous les week-ends, durant cette soirée exceptionnelle, vous pourrez vous faire photographier seul(e), en famille, entre amis – ou même en couple pour ce grand jour –  dans le studio photos de Guillaume Millet et Faux Amis. Une superbe façon d’immortaliser cette soirée, en repartant avec votre tirage original et signé, pour 59 €.

gifkkbb1

 

 

INFOS PRATIQUES

Du mercredi au dimanche (hors vacances), du mardi au dimanche (en période de vacances)

De 14h à 19h la semaine et de 12h à 19h le week-end

  • EXPOSITIONS GRATUITES : La nef, la halle Aubervilliers et Little Circulation(s)
  • TARIF PLEIN 5€
  • TARIF RÉDUIT 3€

CENTQUATRE-Paris 5 rue Curial 75019 Paris

 

Si vous n’avez pas le temps de vous rendre au 104, pas d’inquiétudes, pour la première fois, le festival s’associe aux lieux parisiens qui soutiennent et défendent la jeune photographie contemporaine. Rendez-vous dans les galeries Clémentine de la Féronnière, Escale à La Grange aux Belles, Esther Woerdehoff, Galerie Fisheye, Intervalle, La Capsule, Little Big Galerie et Librairie 29. Vous pouvez aussi acquérir les œuvres sur la galerie en ligne Circulation(s).

 

En fait, grâce à Fetart, nous avons le droit à un second Mois de la photo ! (A noter pour les puristes, que pour la première fois, cette année, le Mois de la Photo officiel sera décalé de novembre au printemps).

Related Stories

Leave a Comment

Vous avez aimé cet article ? Votre avis est le bienvenu :)

Lire les articles précédents :
Des cartes 100% digital pour la Saint-Valentin

La semaine prochaine, vous fêterez peut-être la Saint-Valentin avec votre moitié.

Fermer