“Le prix de la vie” : la campagne publicitaire de Médecins du Monde paie le prix d’un discours sans détour

“Le prix de la vie” : la campagne publicitaire de Médecins du Monde paie le prix d’un discours sans détour

Pourquoi la campagne “Le prix de la vie” de l’ONG Médecins du Monde coûte bien trop cher à l’industrie pharmaceutique ?

Comme vous le savez, si vous suivez ce blog depuis un petit moment, j’adore décrypter les publicités qui me font de l’œil dans la rue, lorsque j’attends mon métro ou même dans les journaux.

Mais parfois la créativité des agences ne peut pas toujours trouver son spectateur.

Non pas que l’idée soit mauvaise, ou refusée par l’annonceur (la marque qui paie pour afficher sa différence), mais parce que le comité de l’Autorité professionnelle de Régulation de la Publicité à actée qu’elle était inappropriée.

Dans ce cas le jugement est sans appel car les régies commerciales, dont le leader de l’affichage transport Médiatransports, suivent en général le mouvement en refusant de diffuser la campagne.

Lorsqu’une telle décision est prise, on imagine déjà des images de mauvais goûts prêtent à faire l’apologie du tabac ou de substances illicites ou d’un mauvais traitement.

Mais qu’en est-il lorsque l’interdiction vient du fait que la campagne ne soit pas à l’avantage d’autres lobbyistes entreprises ?

MDM9

C’est l’histoire de l’ONG Médecin du Monde qui misait sur une campagne choc dénonçant le prix de certains médicaments.

 

Alors que l’annonce de la campagne avait été faite quelques jours auparavant, la ARPP a tranché :

“Nous attirons tout particulièrement votre attention sur le risque de réactions négatives que pourrait susciter l’axe de communication choisi, de la part des représentants de l’industrie pharmaceutique. En effet, les entreprises ainsi mises en causes pourraient estimer qu’une telle campagne porte atteinte à leur image et leur cause un grave préjudice et décide d’agir en ce sens”.

En résumé cette campagne aurait pour conséquence de se fâcher avec les laboratoires pharmaceutiques !

Un constat doucement ironique lorsque l’on sait que justement cette campagne conçue par l’agence DDB Paris a pour but de dénoncer les marges “colossales et révoltantes” des laboratoires qui proposent, par exemple, un traitement pour l’hépatite C vendu 41 000 euros par patient alors qu’il coûterait moins de 100 euros à produire !

Une aberration qui permettra sûrement de rendre la campagne virale à défaut d’avoir pu toucher un plus large public grâce à une exposition dans le métro.

[polldaddy poll=9450843]

 

Et comme il ne s’agit pas d’un coup de com de l’ONG, mais au contraire d’une réelle revendication, une pétition qui invite le gouvernement à prendre ses responsabilités pour faciliter l’accès aux traitements médicaux va être adressée à la ministre de la Santé Marisol Touraine (à consulter ici)

Cependant gardez l’œil ouvert il n’est pas impossible que vous croisiez tout de même l’une de ces affiches lors de vos balades urbaines car les 1200 bénévoles de l’ONG se sont déjà porté volontaires pour un “affichage sauvage”  en plus de la diffusion massive sur le web.

Related Stories

Leave a Comment

Vous avez aimé cet article ? Votre avis est le bienvenu :)

Lire les articles précédents :
Comment vivre l’Euro 2016 dans toutes les situations, que l’on soit fan ou non ?

Nous y sommes, vendredi soir le coup d’envoi de l’UEFA EURO 2016 a été donné sur la pelouse du Stade...

Fermer