Ces projets innovants pour lutter contre le gaspillage alimentaire

Ces projets innovants pour lutter contre le gaspillage alimentaire

A l’heure ou de nombreuse enseignes et marques s’engagent sur l’environnement et notre alimentation, je vous propose de revenir sur les initiatives qui nous permettent de limiter le gaspillage alimentaire.

Selon l’ONU, près d’un tiers de la nourriture produite dans le monde pour les humains est perdue ou jetée, soit approximativement 1,3 milliard de tonnes par an. Il s’agit donc avant tout de réduire nos déchets et donc de préserver la terre sur laquelle nous marchons.

tumblr_nwkrml0mcq1u1xhczo1_500

En effet, chaque Français jette en moyenne 7kg d’aliments encore emballés auxquels il faut ajouter encore 13 kg de restes de repas, fruits et légumes abimés, pain non consommé… (source : reduisonsnodechets.fr)

A première vue traiter de ce sujet pourrait paraitre barbant ou trop moralisateur et pourtant… aujourd’hui tout nous pousse à consommer autrement et de jolies initiatives innovantes se multiplient dans les pays développés qui nous permettent de faire des efforts sans même s’en apercevoir !

 ———————————-

Restdejting : Un site de rencontres pour l’amour de la planète

 ———————————-

gaspillage-alimentaire-800x4491

En Suède, la coopérative agricole Lantmännen, avec l’aide de l’agence McCann Stockholm, a eu la bonne idée de lancer “Restdejting”, un site qui regroupe les 2 grande tendances de nos sociétés contemporaines : les sites et applications de rencontres + l’anti-gaspillage.

Le principe de ce site de rencontre est de fusionner les frigos pour éviter le gaspillage alimentaire. Une façon détournée de faire passer le message en douceur et de ne plus s’interroger sur qui paie la facture à la fin du repas !  Seul défi : savoir cuisiner pour épater sa future moitié(e) 😉

 ———————————-

Freegan Pony : Sous le periph la résistance

 ———————————-

gastronomie-distribution-migrations-loisirs-7d49148a2cc67502ebe5afc314117d9af4f91983-660x439

Un restaurant insolite “freegan” (contraction de “free” (gratuit) et vegan) ou “déchétarien” propose dans un local municipal abandonné des menus essentiellement constitués des invendus du marché de Rungis.

Au menu du jour : “Velouté céleri pommes noisettes”, “gratin pommes de terre et légumes”, “compote de pommes et chocolat”.

Une nouvelle carte créée chaque jour à partir des “rescapés” invendus du marché mais qui restent comestibles : 110 kilos de petits oignons, 52 kilos de pommes golden, 56 kilos de choux chinois…

A première vue tout semble caractériser un nouveau lieu « bobo » de la capitale : un nom percutant “Freegan Pony”, une atmosphère tamisée, 1000 m2 avec un plafond cathédral, du mobilier Emmaüs, un grand pan de travail et de la musique et pourtant… cette structure est créée et tenue par des squatteurs, menacés d’expulsion !

decheteria_bar-d3c5e

A suivre de près par peur que Freegan Pony re-devienne un lieu de vie éphémère.

Source : 24 Matins

 

———————————-

Pappadavada : un frigo en libre-service

———————————-

 frigo-dans-rue-gaspillage-alimentaire-inde

En Inde un restaurant a installé un frigo dans la rue comprenant les restes de nourriture du jour (l’équivalent de près de 80 repas !) accessible gratuitement aux personnes dans le besoin.

L’idée vient d’un constat simple, que l’on observe dans un grand nombre de pays, chaque soir des SDF fouillent dans les poubelles des restaurants en quête de nourriture. Or un véritable cas de conscience se pose pour les propriétaires : faire en sorte que ces personnes ne consomment pas par ce biais des produits non propres à la consommation mais ne pas gaspiller les invendus.

Minu Pauline, la propriétaire du Pappadavada, a la solution ! Sélectionner elle-même les aliments non-consommés qu’elle dispose dans le frigo en libre-service.

Source : Cosmopolitain

Et vous avez-vous des astuces pour lutter contre le gaspillage alimentaire ?

Related Stories

Leave a Comment

Vous avez aimé cet article ? Votre avis est le bienvenu :)

Lire les articles précédents :
Un nouveau Rembrandt 2.0 : plus vrai que nature !

Nous savions déjà que des albums de chansons pouvaient arriver dans les bacs quelques mois après la disparition de leur interprète.

Fermer